L'Iran s'attend à du « terrorisme » alors que le Mossad prévient que la relance du Jcpoa n'arrêtera pas les opérations

Un ministre iranien accuse le Royaume-Uni de vouloir déstabiliser la République islamique

© Vahid Salemi Source: AP

Cliché pris à Téhéran, le 31 mars 2020 (image d'illustration).

9 nov. 2022, 13:54

Le ministre iranien des Renseignements, Esmaïl Khatib, a accusé le 9 novembre le Royaume-Uni de mener des actions visant à déstabiliser la République islamique, dans le contexte des manifestations déclenchées  par la mort de Mahsa Amini.

«Concernant les événements récents, l'implication des Britanniques dans la propagande et du régime saoudien dans le financement [des manifestations] est plus qu'évidente», a affirmé le ministre, cité par l'agence publique Irna.

Le Royaume-Uni «paiera pour ses actions visant à déstabiliser l'Iran», selon Khatib

«Contrairement à l'Angleterre, nous ne soutiendrons jamais les actes terroristes et l'insécurité dans d'autres pays», a encore expliqué le ministre iranien prévenant que «le Royaume-Uni paiera pour ses actions visant à déstabiliser l'Iran».

Début octobre, le ministère iranien des Affaires étrangères avait convoqué l'ambassadeur britannique pour protester contre «l'ingérence du ministère britannique des Affaires étrangères dans les affaires intérieures de l'Iran, en recourant à des interprétations fausses et provocatrices».

Téhéran reproche à Londres d'abriter des chaînes en persan qui lui sont hostiles et  couvrent largement les manifestations ayant lieu depuis la mort le 16 septembre d'une Kurde iranienne de 22 ans  décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs.

«La chaîne Iran International [télévision persanophone basée à Londres] a été reconnue comme une organisation terroriste par l'appareil de sécurité iranien et ses agents seront poursuivis par le ministère des Renseignements», a affirmé Esmaïl Khatib.

Des dizaines de personnes, principalement des manifestants mais aussi des membres des forces de sécurité, ont été tuées et des centaines d'autres arrêtées lors de ces rassemblements de protestation, qualifiés d'«émeutes» par les autorités.

Le ministère des Renseignements et les Gardiens de la Révolution ont accusé fin octobre la CIA, l'agence de renseignement américaine,  et ses «alliés du Royaume-Uni, d'Israël et de l'Arabie saoudite» de «comploter» contre l'Iran.

 francais.rt.com

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Un ministre iranien accuse le Royaume-Uni de vouloir déstabiliser la République islamique

Décryptage de la guerre en ligne du Pentagone contre l'Iran

Par Kit Klarenberg

Les troubles civils en Iran en réponse à la mort récente de Mahsa Amini, 22 ans, alors qu'elle attendait dans un poste de police de Téhéran, bien qu'enracinés dans des griefs légitimes, portent également la marque d'une guerre secrète parrainée par l'Occident, couvrant plusieurs fronts.

Quelques jours à peine après que les manifestations ont éclaté le 16 septembre, le Washington Post a révélé que le Pentagone avait lancé un audit de grande envergure de tous ses efforts de psyops en ligne, après un certain nombre de comptes de robots et de trolls gérés par sa division Central Command (CENTCOM) - qui couvre toutes les actions militaires américaines en Asie de l'Ouest, en Afrique du Nord et en Asie du Sud et centrale - ont été exposées, puis interdites par les principaux réseaux sociaux et espaces en ligne.