25/09/2022 27 articles ismfrance.org  6 min #216071

La mort d'une femme violentée par la police des mœurs à Téhéran

L'Iran s'attend à du « terrorisme » alors que le Mossad prévient que la relance du Jcpoa n'arrêtera pas les opérations

Amwaj.media, 14 septembre 2022. Israël insiste sur le fait qu'il sera libre d'agir contre le programme nucléaire iranien, que l'accord nucléaire iranien de 2015 soit relancé ou non. En réaction, Téhéran a déclaré qu'il n'attendait rien d'autre que du « terrorisme » de la part d'Israël, l'accusant d'essayer de faire dérailler les efforts diplomatiques.

Exposition de centrifugeuses dans une installation d'enrichissement de l'uranium à Natanz, en Iran, le 21 avril 2019. (Via le journal Khorasan)

L'escalade de la guerre des mots survient alors que la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne affirment que les dernières demandes de l'Iran risquent de compromettre les efforts visant à rétablir l'accord nucléaire.

Le directeur de l'agence d'espionnage Mossad, David Barnea,  a déclaré le 12 septembre que même la relance de l'accord nucléaire de 2015 - officiellement connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA) - n'empêchera pas Israël de saboter le programme nucléaire iranien.

  • David Barnea a déclaré qu'une relance du JCPOA « ne donnera pas à l'Iran l'immunité contre les opérations du Mossad » et a qualifié les efforts pour sauver l'accord de « mascarade ».
  • En réponse au commentaire de Barnea, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani,  a déclaré le même jour que Téhéran n'attendait « que des actes de terrorisme » de la part « d'un régime dont l'essence est basée sur le terrorisme ».

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire du 12 septembre, Kanani a également réitéré le point de vue de Téhéran selon lequel l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) est « sous pression » d'Israël pour poursuivre son enquête sur les traces d'uranium trouvées sur trois sites anciens mais non déclarés en Iran.

  • Néanmoins, Kanani a déclaré que l'Iran était « prêt à coopérer » avec l'Agence pour « dissiper les notions fictives et erronées » sur ses « activités nucléaires pacifiques ».
  • Le chef de l'AIEA, Rafael Grossi,  a réitéré dans sa déclaration d'ouverture du 12 septembre avant la réunion trimestrielle du Conseil des gouverneurs de l'Agence que l'Iran « ne s'est pas investi ».
  • Grossi  a ensuite déclaré aux journalistes que la seule façon de régler les questions de garanties était par le biais d'un « dialogue très intense ».

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a également critiqué la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne - collectivement connues sous le nom d'UE-3 -  pour avoir publié une déclaration le 10 septembre demandant si l'Iran était déterminé à relancer le JCPOA.

  • Kanani a déclaré que la déclaration était « inopportune » et « incorrecte », attribuant le mouvement aux « erreurs de calcul » de l'UE-3.
  • Kanani a également insisté sur le fait que Téhéran n'avait « pas soulevé de nouvelles exigences » dans ses derniers commentaires sur un texte rédigé par l'UE pour sauver l'accord nucléaire.

Le contexte/l'analyse : Le 2 septembre, l'Iran a soumis ses dernières propositions dans le cadre des allers-retours avec les États-Unis facilités par l'Union européenne.

  • Les principales demandes de Téhéran incluraient un règlement de l'enquête de l'AIEA et des garanties de Washington qu'une future administration américaine ne reviendra pas sur l'accord nucléaire une fois de plus.
  • L'Iran a également  déclaré qu'il voulait un langage « plus fort » dans le projet de texte pour s'assurer qu'il n'y avait pas d'« ambiguïtés ».
  • Dans sa déclaration du 10 septembre, l'UE-3 a déclaré que les propositions de l'Iran avaient soulevé des doutes sur ses « intentions et son engagement à un résultat positif sur le JCPOA ».

L'AIEA a enquêté sur des traces d'uranium trouvées sur trois sites anciens mais non déclarés en Iran. Le manque présumé de coopération de Téhéran dans l'enquête a conduit le Conseil des gouverneurs de l'Agence à adopter une résolution contre la République islamique lors de sa dernière réunion en juin.

  • Le chef de l'énergie atomique de l'Iran, Mohammad Eslami,  a déclaré le 30 août qu'il n'y aurait « pas de jour de ré-exécution » si l'enquête sur les garanties de l'AIEA n'était pas réglée. La journée de remise en œuvre aurait lieu 120 jours après la signature d'un accord visant à relancer le JCPOA.
  • Certains rapports  allèguent que l'Iran, dans sa dernière réponse aux États-Unis, a exigé que l'enquête de l'AIEA soit résolue d'ici le jour de la confirmation, soit 60 jours après un accord potentiel pour rétablir le JCPOA.

Les responsables israéliens ont longtemps déclaré qu'ils prendraient les choses en main pour empêcher l'Iran de développer prétendument des armes nucléaires - quel que soit le sort du JCPOA. Téhéran maintient que son programme nucléaire est pacifique.

  • Le président iranien Ebrahim Raïssi  a mis en garde contre les tentatives de destruction du programme nucléaire de Téhéran lors d'une conférence de presse le 29 août, déclarant : « Ils verront si quelque chose du régime sioniste restera [après une attaque] ».
  • Plusieurs scientifiques iraniens ainsi que des installations nucléaires ont été attaqués au cours des dernières années dans des incidents que la République islamique impute à Israël.

L'avenir : Les récents développements renforcent encore l'idée que si un accord doit être conclu pour relancer le JCPOA, il pourrait ne pas se produire avant les prochaines élections de mi-mandat du Congrès américain en novembre.

  • Kanani a déclaré le 12 septembre que l'Iran n'avait reçu aucune demande de report de la reprise des pourparlers diplomatiques jusqu'après les élections législatives américaines.
  • Il est peu probable que la réunion en cours du Conseil des gouverneurs de l'AIEA aboutisse à une autre résolution de censure contre l'Iran, principalement pour éviter une nouvelle escalade. Toutefois, la République islamique est susceptible de faire face à des pressions continues pour coopérer avec l'Agence.

Article original en anglais sur  amwaj.media / Traduction MR

 ismfrance.org

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
17/10/2022 lesakerfrancophone.fr  9 min #217310

L'Iran s'attend à du « terrorisme » alors que le Mossad prévient que la relance du Jcpoa n'arrêtera pas les opérations

Qu'y a-t-il derrière les émeutes iraniennes ?

Par Moon of Alabama - Le 15 octobre 2022

Ces dernières semaines, des émeutes ont eu lieu en Iran. Tout d'abord, des protestations ont été émises à propos de la mort d'une jeune femme, Mahsa Amini, qui s'était soudainement effondrée (West exploits death of Mahsa Amini through fake news to target IranWest exploits death of Mahsa Amini through fake news to target Iran ) alors qu'elle attendait dans un poste de police. Elle est décédée quelques jours plus tard. Mahsa Amini avait subi une opération du cerveau et son malaise et sa mort étaient liés à cette opération, et non à une action de la police.

11/10/2022 reseauinternational.net  7 min #216985

L'Iran s'attend à du « terrorisme » alors que le Mossad prévient que la relance du Jcpoa n'arrêtera pas les opérations

Il ne s'agit pas du hijab ou des droits des femmes, mais de contraindre l'Iran à la soumission

par Elijah J. Magnier.

Les États-Unis ont annoncé qu'ils s'apprêtaient à imposer de nouvelles sanctions à la République islamique d'Iran en raison de prétendues « violations des droits de l'homme ».

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a également annoncé qu'elle allait imposer de nouvelles sanctions à l'encontre de 25 personnes et de 9 entités en Iran en raison de ce qu'elle a qualifié de « mesures répressives et de violation des droits de l'homme et du droit international ».

05/10/2022 arretsurinfo.ch  10 min #216694

L'Iran s'attend à du « terrorisme » alors que le Mossad prévient que la relance du Jcpoa n'arrêtera pas les opérations

Qui est Masih Alinejad, chef d'orchestre des manifestations en Iran ?

Argent sale : rencontrez l'agente américaine à l'origine des émeutes fomentées par la CIA en Iran.

La plus grande tentative de révolution de couleur de l'histoire récente de l'Iran est dirigée par une femme à la solde de Washington, et nous avons les faits.

Par Mona Issa

Source : Al Mayadeen, le 28 septembre 2022

Il y a des femmes iraniennes, bien qu'une minorité, qui ne sont pas en faveur du voile obligatoire - un grief légitime, un mécontentement d'opinion auquel quiconque a droit.

Se réfère à :

1 article

Référencé par :

3 articles