19/03/2023 4 articles arretsurinfo.ch  5 min #225773

Ubs propose d'acheter Credit Suisse pour 1 milliard de dollars

Palais fédéral, Bern. Wikiemedia

UBS propose d'acheter Credit Suisse pour 1 milliard de dollars dans le cadre d'une prise de contrôle à 0,25 par action ; CS rejette l'offre

Par Tyler Durden

19 MARS 2023 -  Zerohedge.com

A quelques heures de la réouverture des marchés à terme, dans ce qui pourrait être une session très turbulente, UBS a proposé d'acheter Credit Suisse pour un montant allant jusqu'à 1 milliard de dollars, a rapporté le FT. Les autorités suisses prévoient de modifier les lois du pays pour éviter un vote des actionnaires sur la transaction, alors qu'elles se hâtent de finaliser l'accord conçu pour restaurer la confiance dans le système bancaire.

L'offre de rachat a été communiquée dimanche matin, avec un prix de 0,25 CHF par action à payer en actions UBS, bien en dessous du cours de clôture de 1,86 CHF de Credit Suisse vendredi. Et si les conditions actuelles évaluent les fonds propres du Credit Suisse à la somme dérisoire de 1 milliard de dollars, ce chiffre ne tient pas compte des dispositions supplémentaires que la Banque nationale suisse prendra pour s'assurer que l'opération soit menée à bien.

L'accord entre les deux plus grandes banques suisses devrait être signé dès dimanche soir et sera fixé à une fraction du prix de clôture du Credit Suisse vendredi, ce qui éliminera presque tous les actionnaires de la cible, selon les sources du FT. Elles ont également noté que, dans une tournure inattendue, il y aura une clause de sortie défavorable matérielle très unique : si les écarts de crédit d'UBS augmentent de 100 points de base ou plus, l'accord est annulé ! En d'autres termes, si le marché s'oppose à l'accord pro forma et pense que la contagion va s'intensifier, UBS n'en veut pas et le gouvernement suisse et la Banque nationale suisse peuvent gérer les retombées.

Il va sans dire que les actionnaires du Crédit Suisse - au premier rang desquels la Saudi National Commercial Bank, dont la liste complète des 40 premiers est présentée ci-dessous - n'ont pas été très enthousiastes à l'idée de tout perdre...

et Bloomberg note que le Crédit Suisse s'oppose à l'accord proposé avec le soutien de son principal actionnaire : "Le Credit Suisse estime que l'offre est trop basse et qu'elle nuirait aux actionnaires et aux employés qui ont des actions différées.

Le FT se fait l'écho de ce scepticisme et affirme que la situation évolue rapidement et qu'il n'y a aucune garantie que les conditions resteront inchangées ou qu'un accord sera conclu :"Certaines personnes ont déclaré que les conditions actuelles étaient injustes pour le Credit Suisse et ses actionnaires. D'autres ont critiqué les plans visant à annuler les règles normales de gouvernance d'entreprise en empêchant le vote des actionnaires d'UBS.

La raison pour laquelle, à cette heure tardive, il semble y avoir peu de convergence vers un consensus est qu'il y a eu peu de contacts entre les deux banques et que les conditions ont été fortement influencées par la Banque nationale suisse et l'autorité de régulation Finma, selon les sources du FT. Entre-temps, la Réserve fédérale a donné son accord pour que l'opération progresse.

Les deux parties ont entamé des discussions avec les régulateurs depuis mercredi, lorsque Credit Suisse a demandé à la BNS de lui fournir une ligne de crédit d'urgence de 50 milliards de francs suisses (54 milliards de dollars). Ce soutien n'ayant pas permis d'enrayer l'effondrement de la confiance des déposants et du cours de l'action - comme nous l'avions annoncé - la banque centrale est intervenue pour imposer une fusion après s'être inquiétée de la viabilité du deuxième plus grand prêteur du pays. Hier, nous avons appris que les sorties de fonds du Credit Suisse ont dépassé les 10 milliards de francs suisses par jour à la fin de la semaine dernière, après qu'une ruée record sur les banques a retiré 111 milliards de francs suisses au groupe au cours des trois derniers mois de l'année dernière.

Selon le FT, le cabinet suisse s'est réuni samedi soir au ministère des finances à Berne pour assister à une série de présentations par des représentants du gouvernement, de la BNS, de l'autorité de régulation des marchés, la Finma, et du secteur bancaire.

UBS réduira considérablement la banque d'investissement de Credit Suisse, Reuters rapportant que quelque 10 000 employés seront licenciés, et l'entité combinée ne représentera pas plus d'un tiers du groupe fusionné, selon deux des personnes interrogées. Toutefois, la feuille de conditions actuelle de l'opération ne précise pas ce qu'il adviendra des différentes divisions du Credit Suisse et se contente d'indiquer que le groupe sera racheté à 100 %.

Le gouvernement prépare des mesures d'urgence pour accélérer le rachat et prévoit d'introduire une législation qui court-circuitera la période de consultation normale de six semaines requise pour les actionnaires d'UBS, afin que l'opération puisse être scellée immédiatement. Le cadre de l'opération a été conçu par les régulateurs suisses afin d'assurer une stabilité maximale au système bancaire du pays, ont déclaré des personnes informées de l'affaire.

Toutefois, si le Credit Suisse refuse l'offre - comme il devrait peut-être le faire - et tente sa chance devant le tribunal des faillites, où ses actions pourraient être évaluées à un niveau supérieur au chiffre dérisoire de 0,25, la Banque nationale suisse et toutes les autres banques centrales n'auront d'autre choix que de procéder au renflouement de l'ensemble du système financier pour la deuxième fois en 15 ans.

Tyler Durden

Source:  Zerohedge.com

 (Traduction:  Arrêtsurinfo.ch)

 arretsurinfo.ch

 Commenter
Articles enfants plus récents en premier
19/03/2023 arretsurinfo.ch  3 min #225774

Ubs propose d'acheter Credit Suisse pour 1 milliard de dollars

Ubs rachète Cs pour 3 milliards de dollars

La BNS offre 100 milliards de dollars de liquidités, mais l'explosion des CDS d'UBS n'est pas remise en cause.

Le gouvernement suisse, la BNS et divers régulateurs tiennent une conférence de presse ad hoc sur le rachat du Credit Suisse par UBS.

Au cours de la conférence de presse, le président suisse déclare que l'explosion des dépôts vendredi a montré que la stabilisation du Credit Suisse était nécessaire, c'est-à-dire que la banque se serait effondrée en l'absence d'une reprise par une banque plus importante.