Accepter cookie ?
10/01/2022 26 articles reseauinternational.net  3 min #200363

Très lourdes sanctions contre la junte au Mali

La CEDEAO, composée des laquais africains de l'impérialisme occidental, a décidé d'asphyxier le Mali pour le punir d'avoir voulu reprendre son destin en main. Leur servilité va jusqu'à reprendre le langage de leurs maitres : affamer la population, bloquer les frontières pour interdire l'accès au pays ; c'est pour protéger les Maliens, disent-ils. Veulent-ils transformer le pays en nouveau Gaza ? On en rirait presque si ce n'était si dramatique de voir toutes ces marionnettes, anciens putchistes pour quelques-uns, dictateurs pour d'autres, et tous manipulateurs de constitutions pour prolonger leur position usurpée, se transformer en donneurs de leçons moralisateurs comme leurs contremaitres européens ~  RI

*

La CEDEAO a imposé dimanche des sanctions à l'ensemble des autorités de transition malienne déplorant « l'absence de progrès dans la préparation des élections ».

Une stratégie qui vise à accentuer la pression sur la junte tout en préservant la population avant une nouvelle réunion d'évaluation en décembre.

Les pays d'Afrique de l'Ouest ont décidé de geler les avoirs maliens au sein de la BCEAO, de fermer les frontières entre le Mali et les États membres de l'organisation mais aussi de suspendre les transactions avec Bamako à l'exception des produits médicaux et de première nécessité.

La CEDEAO espère ainsi contraindre le pouvoir à respecter la date butoir de transition, établie par l'ancien gouvernement au 27 février 2022.

Sanctions supplémentaires :

1. Retrait des ambassadeurs de tous les États membres de la CEDEAO au Mali

2. Fermeture des frontières entre le mali et la CEDEAO

3. Suspension des transactions entre la CEDEAO (hors médicaments et produits de première nécessité)

4. Gel des avoirs des avoirs maliens en banque centrale

5. Aides financières coupées

Le tout avec effet immédiat. Mais sera progressivement levé si des progrès satisfaisants sont réalisés concernant le chronogramme. Des sanctions imposées pour protéger les Maliens.

La CEDEAO a décidé par ailleurs le retrait des ambassadeurs de tous les pays membres au Mali ainsi que d'autres sanctions concernant l'aide financière.

« Un signal fort » mais dont l'impact concret reste très limité, selon Étienne Fakaba Sissoko, directeur du Centre de recherche, d'analyses politiques, économiques et sociales du Mali (Crapes), contacté par France 24.

« Les Maliens ont beaucoup souffert de la fermeture des frontières et surtout de l'arrêt des transactions financières qui avait suscité beaucoup de critiques. Cette réaction au coup militaire a été jugé excessive et a généré beaucoup d'incompréhension, car la CEDEAO se montre peu critique lorsque des présidents, certes élus comme Alpha Condé en Guinée, bafouent l'État de droit » souligne Mohamed Amara, docteur en sociologie à l'Université des Lettres et des Sciences humaines de Bamako.

source :  apr-news.fr

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 05/02/2022 francais.rt.com  3 min #201677

Mali : nouvelle manifestation à Bamako contre la présence militaire française

© FLORENT VERGNES Source: AFP

Des manifestants brandissent des pancartes lors d'une manifestation à Bamako, le 14 janvier 2022, pour protester contre les sanctions de la Cédeao contre le Mali (image d'illustration).

5 févr. 2022, 18:16

Une nouvelle manifestation contre la présence militaire française a été organisée le 4 février dans la capitale malienne. Elle survient dans un contexte de fortes tensions diplomatiques entre Bamako et Paris.

1 occurrence 05/02/2022 reseauinternational.net  3 min #201650

Le Mali accuse la France d'exercer un « terrorisme politique, médiatique et diplomatique »

par Elena Zegonova.

Le Premier ministre malien de transition, en brouille avec la France, a accusé Paris d'avoir soutenu les mouvements séparatistes au nord du Mali, violé les traités militaires et cherché « l'asphyxie économique et financière du pays ».

 Bamako manifeste son hostilité à l'égard des autorités françaises.

1 occurrence 01/02/2022 reseauinternational.net  2 min #201442

« Que Paris respecte le Mali ! » : Interview de Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères du Mali

Son Excellence Monsieur Abdoulaye Diop, ministre des Affaires étrangères du Mali, était en exclusivité, l'invité des chaînes Françaises RFI et France 24, le vendredi 28 Janvier 2022, pour un interview spécial sur la situation sécuritaire au Mali et les tensions entre Paris et Bamako. Personnellement ça fait longtemps que je n'écoute plus RFI et toutes ces chaînes de propagandes, mais cette fois-ci ça valait le coup, car le ministre malien s'est avéré exceptionnel.

1 occurrence 01/02/2022 reseauinternational.net  2 min #201441

Mali : Tout déploiement dans le cadre de l'opération « Takuba » requerra une invitation écrite du Président de la République

par Fatma Bendhaou.

Une annonce faite par le ministère malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Le gouvernement du Mali a annoncé, lundi, que tout déploiement des forces antiterroristes dans le cadre de l'opération « Takuba » requerra désormais une invitation écrite du président de la République en plus de l'autorisation du gouvernement, selon un communiqué du

1 occurrence 2 articles 01/02/2022 reseauinternational.net  2 min #201439

Le Mali expulse l'ambassadeur de France

Rien ne va plus entre la France et le Mali. Les tensions entre les deux pays ont atteint ce lundi 31 janvier une nouvelle étape, avec la décision du gouvernement malien d'expulser l'ambassadeur de France à Bamako. Selon un communiqué officiel, Joël Meyer a un délai de 72 heures pour quitter le Mali.

« Le gouvernement de la République du Mali informe l'opinion nationale et internationale que ce jour (...) l'ambassadeur de France à Bamako, son excellence Joël Meyer, a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (et) qu'il lui a été notifié la décision du gouvernement qui l'invite à quitter le territoire national dans un délai de 72 heures », a annoncé un communiqué.

1 occurrence 01/02/2022 lesakerfrancophone.fr  7 min #201437

L'embargo du Mali par la Cedeao, instigué par la France, est une forme ultra-cruelle de néo-impérialisme

Par Andrew Korybko − Le 17 janvier 2022 − Source  OneWorld

Cette dernière campagne de pression maximale, exercée contre le Mali, a amené des milliers de citoyens de ce pays à sortir dans les rues ce week-end, dans une effusion sans précédent d'activisme anti-impérialiste, visant à montrer au monde qu'ils ne comptent pas rester les bras croisés pendant que l'Occident leur inflige une punition collective.

1 occurrence 30/01/2022 reseauinternational.net  3 min #201339

En soutien au Mali et contre les sanctions de la cédéao - Des centaines de manifestants à Dakar

par Chaabane Bensaci.

Contre toute attente, la Cédéao a donc pris le temps de réfléchir et de s'informer des tenants et aboutissants de la crise traversée par le Burkina Faso où les militaires ont écarté le président Kaboré, accusé par la population d'incapacité face à la recrudescence des attaques terroristes. Ainsi, le sommet virtuel qui a précédé celui du 3 février prochain a-t-il abouti à une exclusion du Burkina des structures de l'organisation ouest-africaine, sans plus.

1 occurrence 10 articles 24/01/2022 reseauinternational.net  3 min #201030

Mutineries dans les casernes au Burkina Faso : embryon de coup d'État ou coup de semonce ?

par Chaabane Bensaci.

Au Burkina, les soldats en colère veulent le départ des chefs.

Du feu sous les cendres

En proie, depuis presque une décennie, à une vague terroriste de plus en plus menaçante, la région sahélienne traverse, ces derniers temps, une autre zone de turbulences, caractérisée par une instabilité politique et militaire chronique. À la suite des coups d'État qui ont ébranlé le Mali et la Guinée et dont les conséquences sont encore indéterminées, si l'on en juge par le bras de fer qui oppose les nouvelles autorités de transition à la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dont les sanctions connaissent un durcissement graduel, c'est au tour du Burkina de subir, hier, les soubresauts d'une agitation inquiétante.

1 occurrence 22/01/2022 mondialisation.ca  21 min #200988

Le Mali à l'épreuve: Les donneurs de leçon de la Cdeao sanctionnent

Par  Chems Eddine Chitour

« Il faut soutenir les dictateurs africains, sinon ils ne feraient pas d'élection. » Jacques Chirac

Résumé : Le Mali est confronté à des sanctions de la part d'autres pays africains coalisés dans un ensemble appelé la Cedeao mise en place pour remplacer d'une certaine façon l'Afrique Occidentale Française de la période coloniale (AOF) avec le même logiciel de soumission.

1 occurrence 21/01/2022 investigaction.net #200960

Que se passe-t-il au Mali? - Le Monde vu d'En Bas #40

1 occurrence 20/01/2022 reseauinternational.net  3 min #200875

Le Mali remet en cause les accords de défense avec la France, Paris réagit

par Elena Zegonova.

La France a bien reçu une demande du Mali de renégocier ses accords bilatéraux de défense et l'examinera. La brouille diplomatique entre Bamako et Paris reste vive, le Premier ministre malien de transition affirmant que les accords sont « déséquilibrés », alors que la France se désengage progressivement du Sahel.

Le climat entre Paris et Bamako reste délétère. La France a confirmé avoir reçu une demande du Mali de renégociation des accords bilatéraux de défense.

1 occurrence 19/01/2022 francais.rt.com  3 min #200831

«Nous ne voulons pas isoler le Mali», affirme la représentante spéciale de l'Ue malgré les sanctions

© Charly TRIBALLEAU Source: AFP

Emanuela Del Re lors d'une réunion du G20 à Nagoya, au Japon, le 23 novembre 2019 (image d'illustration).

19 janv. 2022, 08:40

Dans la continuité de la Cédéao, l'Union européenne devrait prochainement imposer des sanctions contre le Mali. Sa position est «d'être ferme sur certains principes sans fermer complètement les portes», a toutefois précisé Emanuela Del Re.

1 occurrence 18/01/2022 reseauinternational.net  4 min #200768

La France indésirable au Mali

par Oki Faouzi.

La France cherche à transformer le conflit en guerre au mali et au Sahel

Au Mali, le conflit avec la France s'est transformé en guerre entre l'Afrique et l'Union Européenne.

«La situation au Mali et au Sahel est une affaire africaine et européenne, ce n'est plus une affaire franco-malienne, a fait valoir M. Le Drian en référence à la participation de 10 pays européens au groupement de forces spéciales Takuba déployées au Mali à l'initiative de la France.

1 occurrence 17/01/2022 reseauinternational.net  3 min #200728

Mali : le gouvernement portera plainte contre la Cedeao et l'Uemoa

Choguel Kokalla Maiga accuse la France d'œuvrer à « la désintégration » de l'État malien.

Le Premier ministre de la Transition malienne, Choguel Kokalla Maiga a déclaré, samedi soir, dans une interview exclusive à la télévision nationale que le gouvernement portera plainte contre les sanctions économiques imposées par la CEDEAO et l'UEMOA auprès des juridictions compétentes.

« Nous avons élaboré un Plan de riposte contre ce processus pour sauvegarder la souveraineté de l'État malien, son intégrité territoriale.

1 occurrence 17/01/2022 francais.rt.com  3 min #200713

Mali : les sanctions de la Cédéao sont illégales selon un membre du Conseil national de transition

Ce 16 janvier, RT France s'est entretenu avec Nouhoum Sarr, le vice-président du Conseil national de transition, organisation qui constitue l'organe législatif du Mali en remplacement de l'Assemblée nationale au cours de la période de transition mise en place par le Comité national pour le salut du peuple, à la suite du Coup d'Etat de 2020.

Selon lui, les sanctions mis en place par la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) contre le Mali «violent toutes les conventions pertinentes» du droit international et des Nations unies.

1 occurrence 16/01/2022 reseauinternational.net #200678

Air France a négocié avec le Mali pour la reprise de ses vols

par Mariame Maïga.

L'invite du ministre des Transports malien semble être bien entendu. La compagnie Air France n'a en tout cas pas voulu attendre.

Dans un document signé de l'Agence nationale de l'Aviation civile du Mali, Air France a renégocié la reprise de ses vols sur Bamako. Ce, avec l'accord des autorités maliennes. L'authenticité du document datée du 13 janvier 2022 n'a pas fait l'objet de démenti.

1 occurrence 16/01/2022 reseauinternational.net  13 min #200677

Pourquoi les États de l'Otan commettent-ils un suicide énergétique ?

par F. William Engdahl.

Il y a un grand paradoxe dans la position militaire de plus en plus agressive des États-Unis et de l'OTAN à l'égard de la Russie et de la Chine, lorsqu'on la compare aux politiques économiques nationales clairement suicidaires de l'Agenda vert des États-Unis et des États de l'UE et de l'OTAN. Une transformation étonnante des économies des pays industriels les plus avancés du monde est en cours et prend de l'ampleur.

1 occurrence 16/01/2022 reseauinternational.net  5 min #200676

Bamako, Tombouctou, Kadiolo, Bougouni, Gao... : L'historique démonstration de force du peuple malien contre les sanctions de la Cedeao

par Ndam Njoya Nzoméné.

Appelé à prendre leur destin en mains après le lâchage de la CEDEAO qui a opté - à l'instigation présumée de la France - d'asphyxier leur pays par des sanctions politico-économiques, les Maliens ont massivement répondu à l'appel de la junte à protester.

Après la Guinée et le Niger dont les leaders respectifs, Mamadi Doumbouya Mohamed Bazoum, se sont désolidarisés de la CEDEAO en affirmant garder ouvertes leurs frontières avec le Mali, la junte en place à Bamako avait appelé lundi à une mobilisation massive des populations pour protester contre le bien-fondé des sanctions de la CEDEAO.

1 occurrence 14/01/2022 francais.rt.com  4 min #200620

Mali : manifestations de grande envergure contre les sanctions de la Cédéao (Video)

Le 14 janvier, les Maliens ont répondu présent lors des mobilisations afin de  protester contre les sanctions visant le pays.

Des milliers de Maliens parés aux couleurs nationales vert, jaune et rouge se sont ainsi massés dans la capitale Bamako sur la place de l'Indépendance pour la prière hebdomadaire, ouvrant un après-midi de mobilisation orchestrée par le gouvernement malien.